Logo de Nicolas Béver

Troisième en Slovaquie

27-06-22

 

Podium pour les retrouvailles avec le team KMRS !

Pour son retour avec l'équipe de Marc Alexandre Stordeur, Nicolas rejoint Helmy Hamrouni, Guillaume Germis, Antoine Morlet et son papa Jacques en support pour les 24h de Slovaquie. Pour la toute première endurance de 24h sur le Slovakia Ring, 41 équipes en provenance de 14 pays différents ont fait le déplacement.
 
Certaines courses de 24h se font avec un changement de sens, mais ici la piste est modifiée à mi-course pour passer d'une piste rapide (variant 1) à un tracé plus technique (variant 2). L'apprentissage des deux tracés et des trajectoires atypiques n'est pas chose facile surtout avec un grippe presque inexistant dû à un choix de pneus extra dur de l'organisation. Nicolas parvient tout de même à réaliser le meilleur temps absolu des séances d'essais libres sur le variant 2.
 
La qualification d'une heure impose deux arrêts aux stands avec changement de karts et de pilotes. Antoine s'élance en premier et parvient à prendre le meilleur temps au bout de 20 minutes. Guillaume effectue quelques tours pour laisser Antoine terminer les qualifications. La piste s'améliore, mais le kart récupéré pour la fin de séance est un peu moins performant. Cela ne lui permet pas d'améliorer son chrono tandis que les autres progressent sur une piste de plus en plus rapide. KMRS termine la séance qualificative en 10e position.
'J'ai pris un super départ et j'ai pu me faufiler pour ensuite attaquer et dépasser dès le premier tour !'
Pour la troisième fois sur trois courses cette saison, Nicolas est chargé de prendre le départ. Au RKC il était lancé, à Genk arrêté et cette fois-ci, type Le mans. Le pilote belge effectue un sprint au lever du drapeau pour monter dans sa machine. Parti dixième sur la grille, il réussit à pointer en troisième position dans le premier tour avant de se faire écarter au freinage par un concurrent et boucle le premier tour quatrième.
 
Le premier relais est relativement agité avec beaucoup de dépassements et de bagarres en piste. Chaque relais doit au minimum durer dix minutes et maximum 70 avec un changement de pilote et de kart obligatoire à chaque passage aux stands. Les premiers changements ne sont pas favorables à KMRS ce qui les oblige à se décaler stratégiquement.
'On a tenté quelque chose pour la neutralisation et ça a marché.'
Les relais s'enchaînent et chaque pilote fait le job en étant à chaque fois régulier dans un bon rythme. Le jeu des arrêts aux stands donne un classement chamboulé mais après calcul, KMRS est en lutte pour la deuxième place avec un équipage slovaque et deux équipes suisses.
 
Peu de temps avant la neutralisation de la mi-course pour le changement de tracé, le team belge tente un coup de poker stratégique qui s'avère payant puisqu'ils gagnent plusieurs dizaines de secondes sur leurs adversaires.
'J'ai laissé mes deux derniers relais à mes équipiers pour me consacrer à la stratégie.'
Ayant peu dormi les jours précédents et pas du tout depuis 24h, la fatigue se fait ressentir pour le staff au petit matin du dimanche. La lucidité est un peu moins bonne ce qui impacte le repérage des karts et la stratégie. Nico, sencé partir pour un relais de 35 minutes quoiqu'il arrive, prend le lead à la radio et demande à rentrer au bout des 10 minutes minimum obligatoires. Le kart entre ses mains étant peu performant, le temps perdu en piste est trop conséquent pour rester sur la stratégie établie.
 
À sa sortie du kart, Nicolas fait part de sa stratégie et de l'organisation à mettre en place. Il se rend compte que la fatigue complique les choses et décide de ne plus rouler pour les cinq dernières heures de course. À la place il se met en bord de piste, casque radio sur la tête et papier / stylo à la main, il analyse chaque entrée et sortie des stands des autres équipes pour mettre en place la meilleure stratégie possible jusqu'à l'arrivée.
 
KMRS Racing franchit la ligne, au bout de 24h de course, en troisième position à moins de 15 secondes des deuxièmes et avec 40 secondes d'avance sur les quatrièmes. Le team belge complète le podium derrière un équipage allemand et slovaque.
 
Une semaine et demie de repos et Nicolas se rendra à Spa-Francorchamps, non pas pour une course de karting mais pour les Hankook 25h VW Fun Cup. Pour la troisième année consécutive il rejoindra le team Milo Racing et complètera l'équipage de la famille Hommerson sur la mono #489.
 
 
 
 

WEK 2021 - Nicolas Bever

24H Karting - Nicolas Bever

24H Karting - Nicolas Bever

Sponsoring & Partenariat
Copyright © NICOLAS BEVER RACING |